Dette émergente en devise locale : une classe d'actifs à reconsidérer

22 mai 2018

À l’heure où beaucoup d’investisseurs obligataires sont tiraillés entre les inquiétudes liées à la remontée des taux d’intérêt et la conviction que le long marché haussier des obligations n’est pas terminé, la dette émergente en devise locale mérite qu’on lui accorde une plus grande attention. Bryan Carter et JC Sambor, respectivement Responsable et Responsable adjoint Obligations Emergentes, partagent leur point de vue sur cette classe d’actifs.

Point clés

  • La dette émergente en devise locale est devenue l’un des plus vastes univers obligataires au cours des huit dernières années, mais reste sous-appréciée.
  • L’inclusion dans les indices constitue une source de demande
  • La croissance économique constitue le principal indicateur avancé de la dette émergente en devise locale
  • La classe d'actifs offre de multiples opportunités, réunissant un groupe hétérogène d’émetteurs, incluant des pays qui se situent à des stades différents du cycle conjoncturel et de la politique monétaire

Les marchés émergents, sont susceptibles d’afficher une volatilité supérieure à la moyenne en raison d’un haut degré de concentration, d’incertitudes accrues résultant de la moindre quantité d’informations disponibles, de la moindre liquidité ou d’une plus grande sensibilité aux modifications des conditions de marché (conditions sociales, politiques et économiques).

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’article

Expert